Copiesdemaitres

Cheval blanc

Cheval blanc
 Cliquer sur la loupe pour voir le zoom 
Cheval blanc
Référence : GAU2
Eugène Henri Paul Gauguin est né à Paris en 1848.

Le peintre a passé les années de sa plus tendre enfance à Lima où son père, mort au large de punta arenas, pensait trouver la fortune. Après avoir fait ses études à Orléans, Gauguin s'embarque dans la marine marchande puis dans la marine française et navigue sur les mers du monde durant six ans. À son retour en France en 1870, il se convertit en agent de change à la bourse à Paris et connaît un certain succès dans ses affaires. Il partage alors une vie bourgeoise confortable avec sa femme, la danoise Mette-Sophie Gad, et leurs cinq enfants : Emile, Aline, Clovis, Jean-René et Paul- Rollon.

Son tuteur, Gustave Arosa, homme d'affaires et grand amateur d'art, introduit Gauguin auprès des impressionnistes. En 1874, il fait la connaissance du peintre Camille Pissarro et voit la première exposition du courant impressionniste. Comme son tuteur, il devient amateur d'art et s'essaye alors à la peinture. Il expose par conséquent avec les impressionnistes en 1876, 1880, 1881, 1882 et 1886.

En 1882, il abandonne son emploi à la bourse (qui est dans une phase de mauvaise conjoncture) pour se consacrer à sa nouvelle passion, la peinture. Cela ne suffit pas pour vivre et il part vivre avec sa femme et ses enfants dans la famille de celle-ci à Copenhague. Le courant passe mal avec la belle-famille et ses affaires ne vont pas bien. Il décide de retourner à Paris en 1885 pour peindre à plein temps, laissant femme et enfants au Danemark, n'ayant pas les moyens d'assurer leur subsistance.

Entre 1886 et 1891, Gauguin vit principalement en Bretagne (à l'exception d'un voyage au Panama et en Martinique en 1887 et 1888) où il est le centre d'un groupe de peintres expérimentaux connus comme l'école de Pont-Aven. Sous l'influence du peintre Émile Bernard, son style évolue, il devient plus naturel et plus synthétique. Il cherche son inspiration dans l'art indigène, dans les vitraux médiévaux et les estampes japonaises.

Il découvre ces dernières à travers Vincent Van Gogh en 1888 alors qu'ils vivent ensemble deux mois (d'octobre à décembre) à Arles, dans le sud de la France, passant leur temps à peindre. Ils travaillent ensemble et peignent alors la série sur les Alyscamps. Les deux amis sont très sensibles, connaissent des moments de dépression et Gauguin, comme Van Gogh, tentera de se suicider plus tard. Leur cohabitation tourne mal et se termine sur le fameux épisode de l'oreille coupée de Van Gogh.

Vie en Polynésie
En 1891, ruiné, Gauguin s'embarque pour la Polynésie, grâce à une vente de ses oeuvres dont le succès est assuré par deux articles enthousiastes d'Octave Mirbeau. Il s'installe à Tahiti où il espère pouvoir fuir la civilisation occidentale et tout ce qui est artificiel et conventionnel. Il passera désormais toute sa vie dans ces régions tropicales, d'abord à Tahiti puis dans les Îles Marquises. Influencé par l'environnement tropical et la culture polynésienne, son oeuvre gagne en force, il réalise des sculptures sur bois et peint ses plus beaux tableaux, notamment son oeuvre majeure, aujourd'hui au Museum of Fine Arts de Boston : "D'où venons-nous? Que sommes-nous? Où allons-nous?", qu'il considère lui-même comme son testament pictural.

À Tahiti, il fait la connaissance de Téhura qui devient son modèle. Il est très inspiré et peint 70 toiles en quelques mois. Mais après quelques années de bonheur, des soucis administratifs et plus personnels (mort de sa fille préférée Aline) le minent. Il a également des problèmes de santé : une blessure à la jambe qui ne guérit pas depuis 1894, une crise de syphilis, si bien qu'il déprime et tente de se suicider. Il décide alors de partir pour les Marquises afin de retrouver l'inspiration. En 1901, le voici donc à Atuona (sur l'île de Hiva Oa), dans les Îles Marquises. Il lui semble être au paradis. Il va vite déchanter en se rendant compte des abus des autorités et en essayant de se battre pour les indigènes. Affaibli, fatigué de lutter, il meurt le 9 mai 1903. Il est enterré dans le cimetière d'Atuona. La tombe de Jacques Brel côtoie la sienne.

Ses expérimentations sur la couleur et l'ensemble de son oeuvre influencèrent l'évolution de la peinture, notamment le fauvisme du XXe siècle.

La féministe socialiste Flora Tristan était la grand-mère de Paul Gauguin

Reproduction peinte à la main, à l'huile, sur toile du tableau" Cheval blanc" de Paul gauguin par S.Pahlavi.
Reproduction peinte dans le respect de l'esprit de son créateur.

Toile peinte dans les années 1990, faisant partie d'une collection privée qui est mise en vente dans sa totalité. Toutes les toiles figurant sur ce site proviennent de cette collection.
Les cadres étant d'époque, ils peuvent présenter de légères détériorations (systématiquement prises en photos et affichées en 2e photo).
Le prix tient compte de ces détériorations quand il y en a.

Toile est en parfait état.
Taille du tableau (avec cadre) 67 cm x 57 cm.
Tableau est accompagné d'un certificat individuel numéroté attestant le nom de l'artiste qui l'a peint.

Envoi par transporteur dans un emballage soigné et robuste.


Commande avec obligation de paiement.
Moyens de paiement mis à votre disposition : Paypal, virement bancaire ou chèque bancaire (uniquement pour la France).
En cliquant sur le bouton "commander",vous acceptez de fait les conditions générales de vente et que vous êtes informé sur votre droit de rétraction.
325.00325.00
Évaluation Aucune évaluation Aucun commentaire Lire ou écrire un commentaire
Ajouter un commentaire
Note
Pseudo
Email (facultatif)
Commentaire
Copier lꞌimage